Explorer de nouvelles pistes et améliorer les stratégies thérapeutiques

Bioaster Antimicrobials Program

L’essentiel du programme Antimicrobiens

Vaincre les agents hautement pathogènes et les multi-résistances bactériennes

Loin du triomphe annoncé par l’avènement des vaccins et des antibiotiques, les maladies infectieuses continuent chaque année à tuer près de 17 millions de personnes sur les 5 continents. Le constat a été maintes fois répété : nous sommes confrontés à de nouveaux agresseurs, restons toujours démunis face à certaines maladies alors même que les souches bactériennes résistantes prolifèrent et que notre arsenal thérapeutique peine à se renouveler.

L’objectif est donc :

  • De découvrir des traitements contre ces agents hautement pathogènes, d’éviter que les bactéries résistantes ne se répandent,
  • De développer des molécules innovantes et de repositionner des médicaments pour combattre ces menaces.

Cet objectif constitue un enjeu de santé publique doublé d’un défi scientifique et technologique auquel contribue le programme « Antimicrobiens » en développant une approche intégrée qui prend en compte 4 paramètres: le pathogène, l’hôte, la maladie et la thérapie.

Les projets du programme « Antimicrobiens » sont conduits en étroite collaboration avec les autres programmes de BIOASTER, les industriels et les équipes de recherche académique partenaires. Ces dernières apportent leurs connaissances de la physiologie des pathogènes, des vecteurs et des réservoirs qu’ils utilisent et des relations qu’ils entretiennent avec l’hôte qu’ils infectent.

Au travers de projets collaboratifs, le programme « Antimicrobiens » se focalise sur 3 axes majeurs d’innovation :

Découvrir et caractériser de nouveaux antimicrobiens

La priorité est aujourd’hui d’identifier des antimicrobiens (antifongiques, antiviraux, anti-protozoaires…), appartenant à de nouvelles classes. À cette fin, le programme développe des technologies innovantes de criblage et de caractérisation. Le mécanisme d’action des nouveaux composés antimicrobiens issus de criblages est caractérisé, très en amont, en combinant plusieurs technologies d’analyse (génomique, transcriptomique, protéomique et métabolomique). L’efficacité des candidats médicaments sont évalués in vitro sur des souches bactériennes isolées de patients et en utilisant des modèles précliniques prédictifs des maladies humaines ou vétérinaires.

Tirer partie des mécanismes impliqués dans les relations hôtes-pathogènes et les interactions hôtes-médicaments

L’objectif est de développer de nouvelles stratégies prophylactiques et thérapeutiques au travers de l’étude à grande échelle des mécanismes qui permettent aux pathogènes d’échapper à l’action du système immunitaire (modulation de l’antigénicité, exacerbation du processus inflammatoire…) et des situations qui augmentent la susceptibilité de l’hôte aux infections (immuno-sénescence, malnutrition, altération du microbiome…) ou la résistance des pathogènes aux antimicrobiens. Outre l’immuno-profiling, ces études associent technologies omiques et imagerie in vitro et in vivo.

Explorer de nouvelles approches thérapeutiques

Au-delà de la recherche et développement de nouveaux agents antimicrobiens, BIOASTER explore de nouvelles voies thérapeutiques telles que la phagothérapie, la phytothérapie, les peptides antimicrobiens (première ligne de défense contre bactéries, champignons et virus), les facteurs de virulence et la transplantation fécale (une approche qui vise à « greffer » un nouveau microbiote fécal à un patient pour faire en sorte de rétablir l’équilibre de son écosystème intestinal). Face à l’émergence de nouvelles pathologies infectieuses, la réapparition de pathologies anciennes et l’augmentation rapide des résistances, le repositionnement de médicaments (l’application à une nouvelle maladie d’un médicament déjà commercialisé dans une autre indication) ou la combinaison de médicaments (antiinfectieux ou non) constituent également des approches thérapeutiques d’intérêt. Le programme « Antimicrobiens » met ainsi en œuvre des technologies de criblages innovantes pour mettre à jour de nouvelles opportunités de repositionnement ou de thérapies de combinaison.

DACCAR : protéger la flore microbienne de l’intestin et prévenir la propagation des souches résistantes aux antibiotiques

Intitulé DACCAR (Destroy Antibiotics in Colon to Combat Antibiotic Resistance), ce projet conduit avec la société de biotechnologie DaVolterra vise à développer un actif limitant l’émergence de bactéries multi-résistantes dans le cæcum et le colon des patients traités avec des antibiotiques. Ce dernier permettra de protéger la flore microbienne intestinale des effets secondaires des antibiotiques, de prévenir les infections opportunistes, de maintenir l’efficacité des antibiotiques sur la durée (notamment des antibiotiques de derniers recours comme les carbapénèmes) et de réduire la propagation des souches résistantes.

Schema Antimicrobien

Antimicrobial resistance: global report on surveillance 2014, WHO, April 2014.

Innover avec BIOASTER

innovatewithus@bioaster.org